Nouvelle organisation à La DH : rencontre avec Nawal Bensalem, rédactrice en chef adjointe

Une nouvelle organisation est en place à la DH depuis le 1er mai. Nawal Bensalem, Vincent Schmidt et Alexis Carantonis forment la nouvelle équipe d’adjoints qui entourent le rédacteur en chef Jean-Marc Gheraille. Nawal Bensalem, 38 ans, devient également responsable de la cellule Faits Divers. Aussi loin qu’elle s’en souvienne, Nawal Bensalem a toujours voulu […]

Une nouvelle organisation est en place à la DH depuis le 1er mai. Nawal Bensalem, Vincent Schmidt et Alexis Carantonis forment la nouvelle équipe d’adjoints qui entourent le rédacteur en chef Jean-Marc Gheraille. Nawal Bensalem, 38 ans, devient également responsable de la cellule Faits Divers.

Aussi loin qu’elle s’en souvienne, Nawal Bensalem a toujours voulu être journaliste. Déjà en quatrième année primaire, elle réalise un petit journal qu’elle vend dans la cour de l’école pour un franc !

Une fois son diplôme ULB de journaliste en poche, elle envoie son CV aux rédactions. Sa lettre de motivation, où elle répond à la question « la curiosité est-elle un vilain défaut ? », est remarquée par la DH Bruxelles, où elle entre en 2005.

Un bouquet de fleurs à la main

En avril 2006 survient le meurtre de Joe Van Holsbeeck, un jeune homme de 17 ans tué à la gare centrale. La rédaction charge Nawal du sujet. « J’avais 24 ans, je débutais, je ne connaissais pas bien les codes. J’étais très peinée pour les parents et j’ai été sonner chez eux avec un bouquet de fleurs en main. J’y suis restée trois heures et j’ai pu recueillir le témoignage de la maman de Joe, alors que toute la presse belge cherchait cette interview. J’ai retenu la leçon : je n’ai jamais peur d’aller sonner aux portes, et je n’arrive jamais avec un carnet en main, car cela met directement une distance. »

Depuis ce jour-là, Nawal Bensalem a une prédilection pour l’actualité judiciaire, une matière éminemment humaine, avec « un côté psy ». Elle quitte la locale de Bruxelles pour rejoindre la rédaction nationale, où elle prend en charge le judiciaire, mais aussi l’intérieur, le terrorisme, l’aide à la jeunesse et les prisons. Hormis une petite période de deux ans à la concurrence entre 2012 et 2014, elle reste fidèle à IPM dont elle apprécie le côté familial où « tout le monde se connaît. »

En 2016, sa série “Chez les délinquants” reçoit le Prix du journalisme de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Une mise à l’honneur qui lui fait chaud au cœur : « Ce prix n’est décerné que tous les 4 ans et il y a dès lors beaucoup de concurrence. Durant un été, j’avais mis en valeur tous les dispositifs destinés aux mineurs délinquants, c’était un gros travail, mais qui présentait la délinquance sous d’autres angles que d’habitude. »

Téléphone jamais éteint

Rédactrice en chef adjointe depuis début mai, Nawal Bensalem entame un nouveau chapitre de sa carrière. Quel est le regard de cette journaliste chevronnée sur les grands défis actuels de la presse ? « Le journalisme a changé : les journalistes de la DH, en 2021, doivent être très polyvalents et nos équipes sont déjà bien avancées dans ce sens-là. La DH se met en ordre de marche pour adopter un mode de production web first, mais je pense que le papier a encore un avenir, avec des dossiers plus longs et davantage de profondeur. »

En pratique, Nawal exerce la responsabilité d’animation de la rédaction une semaine sur deux. Dans ce non-stop qui s’étale tout au long de la journée, différents moments rythment les heures, dont notamment la réunion de rédaction de 9 heures 30, puis le contact avec les éditions régionales pour envisager les sujets susceptibles de « monter » au national, puis un premier chemin de fer qui commence à se dessiner … et ainsi de suite jusqu’à la validation de la Une aux environs de 22 heures.

Quand elle a annoncé sa nomination à la fonction de rédactrice en chef adjointe, Nawal a reçu des centaines de messages, dont beaucoup disaient : « c’est mérité ». « C’est quelque chose qui m’a fait très plaisir, car j’ai toujours essayé, tout au long de ma carrière, d’être la plus disponible possible. Cela vaut pour tout le monde, ministre ou détenu. Peu importe le titre de la personne. Mon téléphone n’est jamais éteint et je réponds toujours, quitte à sacrifier un bout de ma vie privée. »

IPM-Erreur404

L'équipe rédaction d'IPM Advertising

Notre équipe spécialisée en communication, journalisme, médias et bien d’autres domaines. Notre objectif ? Vous livrer les secrets pour une communication d’entreprise réussie et l’optimisation des budgets publicitaires pour atteindre vos objectifs.

Nos autres articles

L’e-but en or existe … nous l’avons rencontré

L’e-but en or existe … nous l’avons rencontré

En pleine folie footballistique, bravo à notre valeureux team d’e-sport qui a réussi à se hisser en finale, mais qui a malheureusement dû s’incliner sur un but en or marqué par le team Nozon ! Nous ne parlons pas ici de l’Euro de foot, mais du tournoi FIFA 21...

Des bus aux couleurs de Logic-Immo.be

Des bus aux couleurs de Logic-Immo.be

À l’occasion du lancement du nouveau site Logic-Immo.be, nos équipes ont mis les petits plats dans les grands pour déployer une campagne nationale d’envergure. Nous avons aussi voulu marquer le territoire par une présence physique. D’où notre choix d’habiller...

Pourquoi La Libre Belgique se lance dans le fact checking

Pourquoi La Libre Belgique se lance dans le fact checking

Lancée officiellement fin mai, La Source est une nouvelle rubrique de La Libre qui a pour objectif d'analyser, décortiquer, contextualiser et vérifier des faits liés à l'actualité. Certes, tout cela fait intrinsèquement partie du journalisme. Les grands médias...